25.5.08

A special day in Albion


Un anniversaire so British!
Oui bon je sais ça fait 2 semaines qu'on parle de mon anniversaire mais ça n'arrive qu'une fois par an! Et je dirais même plus! Avoir 21 ans, ça n'arrive qu'une fois par vie! Et je me devais de narrer la célébration officielle accompagnée d'une petite troupe VIP mi-Frenchie, mi-Brit!

Nous avons (j'ai) soufflé mes 21 bougies sur des muffins de Marks&Spencer à la myrtille, chocolat, citron et chocolat blanc!

Plus anglais, vous connaissez? Le tout sur fond d'Union Jack récupéré des décombres sous un Manchester assiégé (cf post précédent!), et passé à la launderette pour raviver ses couleurs imbibées de lager. Même un peu déchiré dans les émeutes, il n'en déplairait pas moins à Vivienne Westwood et aux Sex Pistols, références utimes Albionesques. On peut dire qu'il aura vécu!

Une soirée totalement girlie à base de salade de fruit maison, pâtisseries, vin, vives discussions à fort caractère potinesque et fillesque en franglais, LE moment intellectuel avec Sept Ans De Reflexion à admirer la sublime Marilyn, suivi de danse sur 12 centimètres dans club indé à haute concentration en Libertines, Courteeners et autres DJs à longues tignasses bouclées, le tout parachevé aux dernières heures de l'aube à base de pizza et discussions hautement philosophiques sur l'avenir de l'humanité - et de l'anglais - entre Frenchies.

Mes adorables comparses m'ont gâtées de chocolats, vêtements, de fancy dress tout à mon image lapinesque et autres cadeaux customisés et régressifs!
Je ne sais qu'ajouter. Ce fut délectable!

Un gigantissime merci à celles qui ont participé. Je regrette que quelques centaines de kilomètres de plaines, vallées et mers aient empêchées d'autres de se joindre à nous.




15.5.08

Happy Blue Birthday


CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

Je le disais la dernière fois, ici 21 ans, ça se fête.
Eh bien ce qui est sûr, c'est que je ne risque pas d'oublier cet anniversaire..!

On avait prévu avec Gazelle une petite journée tranquille à Manchester.. tranquille? C'est ce qu'on croyait! C'était sans compter l'enthousiasme anglais! A peine arrivées, des centaines de fans en furie habillés de mon bleu fétiche nous ont accueillies déchaînés!

Je vous sens un peu sceptique là.. non?
La réalité?
Il se trouve que le 14 mai 2008, nos acolytes avaient prévu tout autre chose à M'chester : la finale de la coupe de l'UEFA! Voilà le résultat de notre inculture footballistique !

Tout a commencé dans le bus, plus d'une demie-heure de retard, des embouteillages incroyables, des dizaines de cars en provenance d'Ecosse, des drapeaux en veux-tu en voilà.. des indices qui ne trompent pas! On commençait à flairer l'embûche!
On se disait : 'Oh, un nouveau match de Man United? Liverpool? Newcastle?'
Par pure curiosité, nous interrogeons le chauffeur : Les Rangers de notre chère Glasgow contre Zenit, une équipe Russe! Ooh là là!

Mais c'est une fois arrivées sur place que nous avons réalisé l'ampleur du phénomène! Des hordes de supporters en furie, des bains de foule parmi les smurfs (schtroumphs en anglais), du bleu-blanc-rouge ABSOLUMENT partout!
Je crois que rien ne peut décrire cette journée mémorable dont nous avons été témoins à part les photos que j'ai pu prendre à mes risques et périls!

Pourtant tout commençait bien. Nous avions prévu diverses expositions, du gâteau au chocolat, faire bronzette dans les parcs. Un magnifique soleil brillait au ZENITH (!), le ciel était particulièrement BLEU, ma colocataire Lauren était venue nous faire un coucou, nous admirions comme à chaque fois la beauté et la lumière étincelante de la ville.
Voici MANCHESTER AVANT.


Les rues étaient paisibles et propres... lorsqu'ils commençèrent à arriver. Un par un. Groupe par groupe. Agitant des drapeaux plus grands qu'eux. Nous commencions vraiment à nous demander ce qu'il y avait dans notre thé.
Personnifications vivantes de cette culture de supporters - de hooligans?
Des chapeaux, des perruques, des maquillages, des déguisements, j'ignorais qu'il existait tant d'accessoires à l'égérie du fameux Union Jack!


Une armée d'Ecossais en bleu et blanc! Plus de 100 000 Glaswedgiens avaient fait le déplacement jusqu'à Manchester! Incroyable! Une marée humaine d'un bleu roi flamboyant et d'un enthousiasme désarmant! Quel ambiance! Quelle bonne humeur dans les rues!
Cris d'allégresse, passion commune, liesse générale!


Sponsor officiel : Carlsberg. Omniprésent dans la foule qui s'en abreuve sans peur, sans reproche et ... sans limite?


Un mix entre Manchester et Glasgow, mes deux villes préférées?! Mais bien sûr qu'on est pour les Rangers! Des kilts, des tartans et des accents Scottish partout! Qui parle d'Ecosse indépendante, de culture différente? Le Royaume est plus Uni que jamais.
On a du croiser 2 ou 3 Russes dans la journée. Ils se cachent. On les comprend!
Euphorie généralisée! Good luck Rangers!


L'uniforme du jour. Tout est bleu, du ciel aux yeux des supporters. Tension palpable. Des drapeaux bleu-blanc-rouge. Nous partageons les mêmes couleurs. Mais pas que.


Ca commence dès le plus jeune âge. Enfants qui jouent au foot déjà.
Vision hallucinante d'un bébé chav aux couleurs du jour, avec toute la panoplie s'il vous plaît, assis par terre. Un ballon roule jusqu'à lui. Il se lève, tente de faire ses premiers pas, sait à peine marcher, mais de son minuscule pied envoie le ballon rouler avec une énergie étonnante.


Tout d'abord bouche-bée, nous nous laissons vite porter par la bonne humeur ambiante et les sourires qui nous entourent. Nous savons que nous assistons à un moment unique, et que nous ne reverrons pas une telle scène de sitôt!
On se croirait dans un festival, un carnaval, une fête populaire. On dirait que toute la Grande Bretagne s'est retrouvée dans les rues Mancuniennes, en ce mercredi après-midi!
Nous sommes au meilleur endroit de la Terre, à cette seconde précise! Au bon endroit, au bon moment.


Nous décidons tout de même de suivre notre plan et profitons des magasins et galleries les plus désertes et calmes jamais vues!
Nous décidons de fuir un peu l'agitation ambiante en nous terrant dans le quartier gay de la ville, où seuls quelques supporters qui n'ont pas froid aux yeux ont osé s'aventurer. Ainsi loin de la cohue, nous nous délectons du Banoffee le plus gourmand de l'univers, généreusement arrosé de sauce au chocolat et de latte, à Queer, ou nous tentons en vain de faire les yeux doux aux serveurs qui finalement nous font des prix d'amis en apprenant que c'est mon anniversaire!
Bien cachées dans notre bar à tenter de digérer la bête, nous ignorons ce qu'il se passe dans le reste de la ville et en oublions presque que le match est en train de se jouer.


A notre sortie, c'est le CHOC.
Le chemin nous est barré par des armées de policiers anti-émeutes, les cris des supporters remplacés par des sirènes de police qui grondent, et les rares supporters que nous croisons font grise mine. Je dirais même bleue - 'they feel rather blue'.


Manchester notre amie est à feu et à sang. Tous les bars et magasins sont barricadés, les rues sont devenues des poubelles géantes, Picaddilly Gardens une décharge publique. Tous les écrans géants sont éteints.
Mais que s'est-il passé en quelques heures? Comment tout cela est-il arrivé? Jusqu'où ont-ils été? Dans quel état d'ébriété étaient-ils?
Voici MANCHESTER APRES.


Nous n'avons vu que la fête. Nous n'avons pas vu le bad trip. Nous avons eu de la chance.
Nous étions vraiment au bon endroit au bon moment.
En lisant le récit des évènements par le Times, tout cela semble irréel. En voyant les vidéos des riots (émeutes), je n'arrive pas à croire que tout cela ne s'est passé qu'à quelques mètres de nous. Les futurs matchs prévus à Manchester dans les semaines qui viennent en sont annulés. Même Man United-Chelsea. C'est dire!
Ni Kaiser Chiefs - 'I predict a riot' - , ni Libertines - 'All the stylish kids in the riot'. Nous ne l'avons pas vu venir, et il n'y avait rien de classe dans tout cela. Il n'y a plus de musique. La fête est bel et bien terminée.


Nous récupérons quelques Union Jack quasi-intacts dans les décombres du tsunami qui a ravagé la ville. Est-ce que le monstre du Loch Ness est venu lui-même dévaster la ville?


Nous décidons de retourner nous réfugier dans le Soho Mancunien. Et là, nous décrouvrons avec horreur que le bar où nous étions quelques instants plus tôt est barricadé avec des barrières en fer, avec les clients toujours à l'intérieur! Nous finissons par trouver un bar, l'EDEN, où déguster une bouteille de vin pour continuer la fête au chaud, en feignant un détachement digne de l'humour noir et du flegme britannique.

Je reçois un texto d'un ami de Preston, qui est lui-même de Manchester. 'Tu ne regrettes pas trop d'être allée à Manchester aujourd'hui??'
Sûrement pas! Quelle expérience! Inoubliable.

Ah, au fait, ils ont perdu. Glasgow. 2-0. Les Russes ont gagné la partie.

video

13.5.08

Perfect day



Ouh là là!
Bientôt un an en terre promise, à m'abreuver d'Earl Grey et de Carling, entre deux parts de cheesecake ..
21 ans dans moins de deux heures, un ami anglais vient de me demander sur facebook 'Alors bientôt adulte?'..
Ici c'est plutôt 'a big deal' d'avoir 21 ans. La majorité officielle pour tout.

Je ne sais pas si je me sens plus adulte, mais j'ai l'impression d'avoir accompli beaucoup de choses en un an.
J'ai survécu ici, appris, compris, découvert, aimé, adoré..
Rendu mes 72 pages de mémoire. Soulagée. Les dés sont jetés!
Officiellement en vacances. Ca change, d'habitude j'ai toujours un exam de bac/ partiel le jour de mon anniversaire!
Bientôt ma cérémonie de remise de diplômes à l'anglaise pour couronner 3 ans d'études. Ce qui ici signifie souvent la consécration et l'entrée officielle dans la vie active, la master étant quasiment inconnu par tout jeune British qui se respecte!
Bientôt mon premier vrai stage en communication d'entreprise et relations publiques.. un peu stressée mais excitée à la fois!
Il fait un temps magnifique et je me sens heureuse, créative, le coeur et l'esprit léger!
Demain journée à Manchester, terre de Joy Division, Oasis, les Smiths et les Stone Roses..
Que demander de plus?
Je vois la vie en rose framboise!

Ou serais-je l'an prochain à cette heure là pour fêter mes 22 ans? Ca je n'en ai pas la moindre idée! La vie nous réserve toujours des surprises!


Joli dessin by Fifi Lapin qui me représente totalement, moi Bunny de mon état!

11.5.08

Carpe Diem


Attention message à fort caractère subversif voire contestataire.

Pour citer une vague connaissance, gazelle de son état, 'Une carpe par jour' ou encore Carpe Diem*, qui à l'anglaise se transformerait en 'A party a day keeps the doctor away'**..

Plus qu'un motto, c'est ici un véritable mode de vie.

Il fut un temps où j'étais choquée de réaliser que mes acolytes Britanniques ne connaissait pas le nom de leur actuel Premier Ministre, ne savaient pas que le Royaume-Uni était bien dans l'Union Européenne, ne savaient pas épeler un mot de leur propre langue et n'avaient jamais entendu parler de Sofia Coppola, Yves Klein, Oscar Wilde ou encore Al Gore.

Il fut un temps ou j'étais choquée de constater que leur vie tournait autour de la Carling, la Guiness***, Manchester United, Pro Evo****, manger des burgers et des frites bien gras au pub chaque jour, puis enchaîner avec une soirée en boîte de nuit à danser sur la dance ou cheesy music (e.g. Spice Girls) en s'effondrant ivres sur le dance-floor, et se réveiller dans un endroit inconnu à côté de quelqu'un dont ils ne connaissent pas le nom, déguisés en papillon multicolore.

Il fut un temps ou j'étais choquée de découvrir qu'il dépensent environ £50 par jour en soirée et pub mais ont tous des découverts abyssaux, de multiples cartes de crédits, ne se mettent à chercher un job que quand il ne reste que £5 sur leur compte, ne vont pas en cours alors qu'ils payent des études très chères, s'en fichent d'avoir des cancers, du cholestérol et toute autre maladie contractée par excès de friture, sundaes, UV, chirurgie esthétique, luxure, couche de maquillage de 3 cm en permanence, port de sous-vêtements - uniquement! - dans la rue toutes les nuits hivernales, alcool tous les jours après le boulot et conséquences de l'alcool sur la mémoire et les agissements insensés, etc..

Ere de décadence et de dépravation ultime.

Je sais. Vous vous dites sûrement 'Sont fous ces Anglais!'.
C'est peut-être vrai mais j'ai ma théorie là-dessus.
Loin de moi l'idée de faire l'apologie d'une telle philosophie a priori dénuée de conscience, mais enfin, c'est vrai que tout est relatif.


Ennui, tristes réalité et passé, désoeuvrement, perte de repères voire absence totale de repères, terrible évolution de notre société en péril, buvons pour oublier, on ne vit qu'une fois, carpe diem, pessimisme et cynisme, humour noir British, on ferme les yeux pour ne pas savoir, dépenser comme Marie-Antoinette, mieux vaut vivre peu mais à fond, Live fast Die fun*****, on n'apprend pas pour ne pas en souffrir et se prendre la tête là-dessus, au fond: réalisme, ce n'est pas nous qui contrôlons tout cela hélas même si on essaie parfoie de nous faire croire le contraire, vivons à fond pendant qu'on le peut, on va peut-être tous exploser dans une bombe atomique demain, être simple et s'en revendiquer, point de prétention et de débats snobs et inutiles, ne pas prétendre que nous connaissons tout, ni sauver le monde, ni devenir riche et célèbre, y a t-il un juste milieu, si oui, comment et pourquoi tenter de l'atteindre?, absurdité d'une réalité teintée d'inégalités, alors que tout le monde est beau après quelques doubles vodkas Red Bull, ultra-consommation, déresponsabilité, assistanat, excès en tous genres, pas d'épargne, ni de notre argent, de notre temps, de notre corps, auto-destruction, et aussi auto-punition, vivre une vie rock'n'roll comme nos héros qui, eux, ont su dépasser ces clichés (et en sont morts à 27 ans), fiers de nos racines, de notre terre et de notre culture, seuls nos idoles (musique, football) nous transcendent et le mode de vie qui les accompagne (rock'n'roll, alcool, sport, supporters, fans) est le notre au quotidien, parfois ne pas savoir est encore la meilleure façon de ne pas être manipulé, être en dehors de tout cela et vivre dans les apparences, la superficialité, mais tellement grossière qu'elle en devient plus vraie que tout le reste au final, vivre dans un film Américain entouré de pom-pom girls, devenir une pom-pom girl, c'est plus réel parfois, celui qui se tient au courant de l'actualité chaque jour est peut-être plus manipulé par les médias au final que celui qui n'en n'a rien à faire et ignore, qui dispose de plus de recul et d'humanité en un sens, ne plus rien contrôler pour ne pas être responsable, ne rien savoir pour ne rien avoir à oublier.

Vivre chaque moment comme il vient.
Hakuna matata.******
Etre heureux en mangeant des Cocopops******* par un matin ensoleillé.

video

Qu'on ne m'accuse point d'utiliser des références obscures, je les clarifie pour vous :

*Ironie bien entendu. Carpe Diem signifie Profiter du jour en latin.
**A party a day keeps the doctor away : Faire la fête tous les jours garde le médecin à distance, dérivé plus réaliste du fameux idiome An apple a day keeps the doctor away : Une pomme par jour ..., et équivalent à Manger salade, jamais malade, et autres confrères.
***Fameuses bières consommées sans modération de ce côté de la Manche.
****Célèbre jeu vidéo de football sur lequel chacun de mes colocs mâles passe environ 6h par nuit en moyenne.
*****Live fast Die Fun : Vivre vite et mourir en s'amusant. Slogan repris par la marque de vêtements américaine punk-rock Stars and Stripes.
******Baloo. Le Livre de la jungle. Wolfgang Reitherman pour les studios Disney. 1967.
*******Chocopops de Kellogg's en anglais. On m'informe qu'ils auraient été rebaptisé Cocopops en français aussi. Quelqu'un peut-il confirmer cette révélation capitale?

3.5.08

Giambattista, prends garde à toi!


Quand on veut vraiment quelque chose, autant le faire soi-même, non?
Giambattista Valli. Idole absolue. Silhouette 22 de la collection Printemps/Eté 2007. Sublimissime. Obsession totale : dessin du modèle sur tous supports: serviettes de table, feuilles de cours, vitres embuées, etc. Il faut faire quelque chose.

Hélas:
-Collection ancienne. (Et oui ça va vite la mode! Là on est déjà en Hiver 2008/2009 en temps modeux!)
-Robe à environ £1550 (!)
-N'a pas le corps de Marcelina Sowa (cf photo) qui veut!

Solution:
-Faire la robe soi-même.
-Revoir un peu les proportions et la longueur, plus adaptées à porter en vrai.
-Tant qu'on y est, soyons fous, choisissons ma couleur préférée du moment, un gris argenté!

Résultat:
-Bon, un peu d'indulgence, je n'ai même pas de machine à coudre! Et encore moins de formation de couture!
-Mon défilé de mini-jupes pour mon option art au lycée date d'il y a 3 ans! Depuis mon expérience en couture est le désert saharien!
-Fabrication artisanale de dé à coudre avec un support de sucette en plastique abandonnée dans ma chambre par mon coloc Jordan. DIY!
-Succès en soirée: les tortues Ninjas m'ont acceptée parmi eux!
-Et vous, vous en pensez quoi? Verdict?


Crédits photos: Style.com, Bonjourjr #1.

2.5.08

Paris Calling


Un temps gris souris, des gouttes qui ruissellent contre la vitre, des épiceries de produits British, voire même Scottish, des pubs, des gens déguisés en poulet dans la rue..

Et pourtant, tous ces éléments typiquement britanniques.. je les ai immortalisés ... sur le territoire français!

C'est bien la peine d'aller à Paris pour voir ça!

Cela dit - oui j'en retourne ma veste navy - certaines choses sont irremplaçables.

Et, tout comme lors d'un été Londonien, après des semaines de frites surgelées dans un appartement miteux de Lewisham, j'ai dévoré passionnement des broccolis que j'avais pourtant jusque-là en horreur, jusqu'à même manger ceux de ma colocataire italienne, tellement j'étais heureuse de redécouvrir le goût des légumes ... j'ai bondi au quart de tour en sentant une odeur familière me chatouiller la narine ... des CROISSANTS!
Pendant 20 ans, ceux-ci n'ont pas eu mes faveurs, tout comme les pains au chocolats, et je leur préférais largement les sablés, tellement plus British!
Mais en croquant à pleines dents dans un croissant dont les miettes s'envolaient pour venir se coller à mon manteau, je me suis sentie très Parisienne, voire très Française. Qui n'est pas sans savoir que je suis pourtant loin d'être patriote..
Une vraie madeleine de Proust.

C'est un fait : il n'y a que lorsque l'on ne les a pas, ou qu'on les a perdues, qu'on se rend compte de l'importance qu'ont les choses, ou de l'incroyable chance qu'on avait de les avoir.

Un aller-retour en Eurostar : 81€.
Un croissant : 0.80€.
Un carnet de 10 tickets de métros dans Paris : 10.50€.
Un sac Vuitton : 1200€. (et donc je vais attendre de devenir amie avec Marc!)
Un chocolat chaud à République : 3.50€.
Un bouquin à Gibert-Joseph : 3€.
...
Du fromage au petit déj. avec sa meilleure amie place d'Italie, ça n'a pas de prix.
Le vendeur de chez Vuitton qui vous pourchasse jusque dans l'ascenseur pour vous donner son numéro de téléphone, ça n'a pas de prix.
Danser avec un couple Parisien dans la rue, ça n'a pas de prix.

Pour tout le reste, il y a...!