20.3.08

Glasgow l'effrontée


CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR.

Un voyage qui commence de façon très rock'n'roll.
Sauter dans le train à la seconde précise où il part.
Sortir de la gare et rencontrer dans la rue Kyle Falconer - chanteur de The View - pourtant incognito avec sa capuche et sa démarche pressée.
Etre assortie avec lui dans les gris et noirs.
Se faire des sandwichs à la salade. Avant d'enchaîner avec les gauffres les plus gastronomiques de l'univers dans un petit pub chaleureux.
Se sentir en vacances, l'esprit et le coeur léger.
Avoir un bon pressentiment.
Aimer déjà l'Ecosse.
'This is the wasteland, our idealistic wasteland' comme dirait Kyle Falconer, 'Voici notre terre de déchéance idéaliste'. (!)


Se faire plein d'amis tous plus éclectiques les uns que les autres. Un jeune hippie Londoner qui va partir au Ghana creuser des mines d'or dans un champ. Des Hollandais qui sont en ce moment en train de marcher dans la nuit en direction du Loch Ness. Une jeune Edinburgher artiste. Des jeunes rockeurs à slim rouge, cheveux longs et derbies vernies. Des écrivains torturés venus des pays du nord. Parler de philosophie, de cultures et de technologie avec eux.
Des stickers sur des frigos. Beaucoup.
La ville est magnifique, elle resplendit et nous éblouit.


Les gens sont si adorables qu'il n'y a même pas de mot pour l'expliquer. Les sourires sont omniprésents, surtout sur nos lèvres. L'accent Glaswedgien est roulant et rythmé.
L'art est omniprésent dans la ville aux mille couleurs. Aux mille nuances. Aux mille reflets.
Entre l'Université des arts, le fameux artiste Charles Rennie MacIntosh dont les oeuvres ornent la ville et ses salons de thé par petites touches et l'ambiance arty des jeunes modeux néo-hippies et post-rockeurs.


Comme si Glasgow l'indé ne se lassait pas de nous en mettre plein les yeux, les lumières nocturnes sont elles aussi à couper le souffle, telle la bibliothèque ci-dessus, impressionnante oeuvre élevée vers les étoiles. Dans le musée d'art moderne aussi, les jeux de lumières ne s'arrêtent pas.
Et quelle lumière! Tour à tour évanescente et vaporeuse, toujours lactée, qui éblouit nos yeux endormis par trop de gris.


Des soirées de folie. Un groupe hallucinant aux accents de blues, et une jeune blonde péroxidée parmi d'autres, à la merveilleuse voix rauque et profonde, dans une robe en lurex argentée. Rappel un peu plus tard: comme une hallucination collective, rencontre nocturne avec le jeune homme à la veste argentée sous la lumière de la lune.
Saturnien cependant.
Nous devenons des pirates, des rock-stars chapeautées, des enfants qui découvrent avidement la vie et la croquent à pleine dents.
Un appartement en chaos. Non organisé mais poétique. Entre réminiscences seventies et objets chinés, des pianos au plafond, des tables bancales, des oeuvres à base de bouteilles vides, des tentures, des dictionnaires sans couvertures. Il fait froid.


Nous savons notre séjour court. Edinburgh nous attend dans quelques jours. Nous dormons avec parcimonie.
Margaret Thatcher est accrochée au mur, à côté de cerfs empaillés, et les gens boivent du whisky autour.
Il fait toujours soleil. Et toujours froid.


Un appartement décidément pour le moins original. Une salle de bain trop bleue.
Beaucoup de jus de fruit. Des cookies. The Cure. Une série américaine au nom de chanson des Red Hot plutôt pas mal. Pas mal addictive. Et drôle. Un peu cynique. Des montées et des descentes dans cette ville à collines et vallées.
Beaucoup de déguisements. Dans les rues surtout. Des jeunes danceurs de hip-hop assez impressionnants.
Les Ecossais sont beaux.


Un autre appartement. Du parquet clair, des plafonds très hauts, du Egon Schiele sur les murs. Des chaises accrochées au plafond. Il fait toujours très froid.


Il fait toujours très soleil cependant. Et les gens sont si chaleureux et accueillants que nous avons le coeur chaud, même si nos doigts sont gelés. Des Cocopops au soleil. Des douches froides. Encore un peu de litérature, de philosophie, de musique, d'art. De thé et de shortbreads. Même des traditionnels scones à la clotted cream dans un Tearoom.


Nous vagabondons telles des Supertramp(s). (!)
Quelques fous rires. Des citations cultes. Des tentatives vaines de reproduire l'accent local. Ce qui aboutit plutôt à l'accent pakistanais des chauffeurs de taxis impolis de Preston. Assez déplorable, il faut en convenir.
Un nouveau concert. Au Nice'N'Sleazy: Sympa Mais Douteux. Drôle de nom. Endroit très sympa mais peuplé d'individus aux goûts musicaux douteux. Un peu trop émo pour nous, mais avec des musiciens tatoués et à crête punk. Encore un mix détonnant. Des stylish kids partout cependant.
Les larges rues de la ville, encadrées d'immeubles somptueux et anciens, nous rappellent Paris.
Gla gla gla gori gori.
Des kilts, même pour les chiens.


Glasgow, tu me manques déjà.
Nous reviendrons. Sans le moindre doute.
Ton romantisme et ta douceur nous ont enveloppé dans un nuage d'insouciance.
Allons voir ta cousine à présent. On dit Edinburgh et la côte Est plus classiques. Allons voir cela de nos propres yeux.

8 commentaires:

Guguss a dit…

Je l'attendais cette description ! Toujours fascinée par une nouvelle ville !
Pour en revenir au début du sujet, je craque complement pour la glace à la gauffre (et non le contraire visiblement)..
Pour avoir visiter Edinburgh pendant 3 jours (seulement 1 pour Glasgow), j'ai pas mal de souvenirs et c'était plutôt sympa. Sombre mais sympa ! (mais aussi très froid, évidemment...)

MR style a dit…

hey thanks pour ton message !!
d'ailleurs je vois que tu t'amuses trop bien là-bas !!! le reve quoi
moi je serai a paris a partir de juillet !! mais londres c'est la ville la plus à la mode en ce moment !! au fait tu prépares ton mémoire sur quoi si c'est pas trop indiscret ?

MR style a dit…

attends mais bien sur que je veux venir a londres ou paris et meme si il neige !!!!! moi je vis a tahiti, c'est le soleil toute l'année, je te jure que ca saoule !! d'ailleurs concernant ton mémoire, ca a l'air vachement bien bonne chance !!! je sais pas si tu l'as vu mais il y a un bon documentaire sur Marc Jacobs et Vuitton sorti en dvd !! peut être que ca pourrait t'aider !!

MR style a dit…

coucou lily
alors en fait, je vais a paris étudier dans une école de cinéma afin de devenir réalisateur !
et puis ce voyage me permettra, j'en suis persuadé d'approché de plus près le monde de la mode en espérant pouvoir y travailler également !! bon j'espere que je ne fais pas que REVER là !!!!!!
sinon j'ai été agréablement surpris (enfin je sais pas pourquoi je dis ca) par tes gouts cinématographiques !! étant moi meme un grand fan de kim ki duk, voir locataires ma provoqué un choc !!! je te jure et là, quel plaisir de voir que toi aussi tu l'aimes !! pareil pour Nobody Knows !!! magnifique...de toute facon je suis fan des films d'auteurs intimistes asiatiques !! tellement poétique avec peu de moyens ! et c'est plein de leçons de vies, de philosophie enfin bref....j'ai trop envie de chat avec toi
si ca te dit je te passerai mon adress sur skype alors
je t'embrasse
ray

MR style a dit…

alors c'est avec plaisir que je te passe mon adresse sur skype alors c'est : raytetauira
tu entres ca et c'est cool
bon pour facebook, j'aime pas du tout en fait donc c'est mort et sinon j'ai myspace et toi ?
en tout cas merci d'avoir accepté, c'est super mignon

Angie In Albion a dit…

OMG oui.. Glasgow... Si Londres, Manchester et Liverpool n'existaient pas, Glasgow serait ma ville britannique par excellence. Et pourtant je n'y suis restée qu'un jour...ô désespoir...
Tes voyages, tes récits, me donnent envie d'être une mini Angie dans ton sac la prochaine fois que tu partiras à la conquête d'une nouvelle city, pour en profiter moi aussi dûment et pleinement comme tu le fais!

PS. Je me répète mais j'aaaaime ton style d'écriture!

Maxiou a dit…

esteadway ittle jeesday!!!!

lily a dit…

Astedwae ittlae jeesdae! lol